Trophée Bretagne écoles 2011 : l'école de Tréméoc (29) remporte le trophée

Après 3 mois de compétition c'est finalement l'école de Tréméoc (29) qui remporte le trophée Bretagne 2011 devant l'école Eugène Pottier de St-Jacques de la Lande (35), dès sa première participation.

L'école Eugène Pottier avait remporté ce trophée en 2007, 2009 et 2010 et avait encore réussi l'exploit d'amener cette année 3 équipes en demi-finales.

Bravo à tous les joueurs et à leurs entraineurs.

Convention 2011-2013 entre l'Education nationale et la Fédération françaises des échecs (FFE)

Le texte de cette convention, signée le 31 janvier 2011 entre le ministre de l'EN et le président de la FFE, est disponible ici :

http://www.echecs.asso.fr/Ag/ConventionEN_FFE2011.pdf

Cette convention affirme clairement la dimension éducative de la pratique du jeu d'échecs. Elle valide les ateliers échecs dans la classe ou sur le temps péri-scolaire. Elle soutient les projets pédagogiques autour des échecs et les partenariats école - club d'échecs.

Trophée Bretagne collèges 2011 : Anatole Le Braz - St Brieuc l'emporte de peu après départage

C'est finalement le collège Anatole Le Braz de St Brieuc  qui emporte le trophée Bretagne 2011 devant le collège Max Jacob de Josselin.

A égalité 2 à 2 après la finale, Anatole Le Braz l'emporte 18 à 14 au départage. Ce collège avait déjà remporté ce trophée en 2008, 2009 et 2010 !

Bravo à tous les joueurs et merci à tous les correspondants des établissements pour les efforts déployés pour que ce trophée se déroule le mieux possible

Trophée académie de Créteil 2011 : Le 93 aux premières places !

3 mois de compétition ont été nécessaires pour départager les 12 établissements inscrits dans cette compétition des 3 départements de l'académie de Créteil.

Le Seine-Saint-Denis domine en se plaçant aux 2 premieres places, suivis par 2 établissements de Seine-et-Marne

Palmarès :

  1. lycée André Boulloche de Livry Gargan (93)
  2. collège Robert Doisneau de Clichy-sous-Bois (93)

Le départage entre le 3e et 4e aura lieu le 8 février :

  • Collège Jacques Prévert -Lorrez-le-Bocage (77)
  • Collège Elsa Triolet - Le-Mée-sur-Seine  (77)

Bravo aux 92 joueurs participants

Le jeu d'échecs au service de la prévention contre " l'innumérisme"

Lundi 31 janvier 2011, le ministre de l'Education Nationale a signé une convention de partenariat avec la Fédération française d'échecs (FFE) de manière à faciliter l'utilisation pédagogique de ce jeu, propice à la stimulation du raisonnement.

Plus d'infos sur le site de la FFE.

Répartition géographique des écoles et collèges engagés dans le trophée France 2011

Cliquez sur une carte pour avoir le détail des 72 établissements engagés (nouvelle fenêtre dans Google Maps).

 Trophée France 2011 : écolesCarte des collèges

Légendes des Echecs - Adolf Anderssen et ses Immortelles

Dans la catégorie des "Glorieux Anciens" - joueurs des 18ème et 19ème Siècles ayant posé les fondements théoriques échiquéens, tels que Philidor, Morphy, Lasker, Steinitz... - , Adolf Anderssen occupe à coup sûr une place de choix. Né en 1818 à Breslau (alors encore en Prusse), Anderssen fut, dans un premier temps, un brillant amateur - se consacrant aux Echecs en parallèle de sa carrière de mathématicien.

Mieux comprendre Fritz et Rybka

Il ne s'agit évidemment pas ici de modéliser en quelques lignes le fonctionnement complet des puissants moteurs d'Echecs utilisables de nos jours. Juste d'ouvrir quelques pistes de réflexion - l'article s'adressant à des collégiens (ou à leurs enseignants en mathématiques en vue d'organiser un atelier plus complet). La question de base en est la suivante: sur quelles bases concevoir un programme apte à jouer aux Echecs - et quelles sont les limites/contraintes de cet objectif?

1) Une première approche, basée sur une anticipation "un coup à l'avance":

Supposons que le programme joue avec les Blancs et cherche à trouver un coup de bonne qualité à partir d'une position donnée (appelée P1).

- En premier lieu, il est possible de définir une fonction f de toute position lui attribuant une valeur 'statique' du point de vue des Blancs. Par exemple, on pourra poser que

* f(P)= -10000 si les Blancs sont Echecs et Mat dans la position P

* f(P)=10000 si les Noirs sont Echecs et Mat dans la position P

L'"Immortelle" péruvienne

Esteban Canal - né à Chiclayo au Pérou en 1896 et mort à Varèse en Italie en 1981- fut un joueur d'Echecs qui atteignit un certain renom, notamment lors des années 1920-1930. Son nom reste surtout attaché à une célèbre partie de blitz - qu'il joua contre un inconnu à Budapest, lors d'une simultanée en 1934.

En moins de 5 minutes - et en quatorze coups - Canal réussit une offensive assez foudroyante pour y faire réfléchir à deux fois avant de s'engager dans un grand roque. En clair, après le dixième coup noir (qui était justement un grand roque), la position était telle que représentée ci-dessous.

Trait aux Blancs!

Qu'auriez-vous joué à la place de Canal?

 

La meilleure manière d'apprécier la solution à ce problème est sans doute de visualiser le PGN de la partie dans le lecteur que vous trouverez sur la droite de la page d'entrée de MatPat. Voici donc le PGN de l'"Immortelle Péruvienne"!

Légendes des Echecs - Le pion empoisonné de Bobby

En ce 11 Juillet 1972 à Reykjavik en Islande, c'est encore un peu plus q'une finale de championnat du Monde d'Echecs qui se joue. En pleine Guerre Froide, c'est aussi un duel symbolique américano-soviétique qui se déroule - opposant Boris Spassky, pur produit de l'Ecole Soviétique, au très talentueux Américain Robert James Fischer. On parle alors de "Match du Siècle".

Et au 29ème coup de la première partie, Fischer (avec les Noirs) joue le coup suivant:

 Spassky-Fischer - WCC 1972 - Partie 1 / 29ème coup

Les avis divergent toujours aujourd'hui sur la valeur réelle de ce coup surprenant! Pour certains, l'élimination du "pion empoisonné" - même si elle condamne le fou via le coup blanc suivant g3, le blocage de la pièce et sa prise par le Roi blanc - garantissait toutefois à Fischer à minima des possibilités de nulle, et lui ouvrait même des espérances de gain. Dans cette perspective, le gain de la partie par Spassky proviendrait non pas du coup hasardeux de l'Américain, mais d'erreurs ultérieures intervenues dans la Finale qui suivit.

Syndiquer le contenu