La parole aux joueurs - Interview de Jacques Cazeneuve

Q: Jacques, tu es responsable des scolaires au sein du Comité Départemental des Echecs du Gard - et par ailleurs directeur de l'Ecole Berlioz de Nîmes, que tu as menée vice-championne puis championne de France scolaire en 2007 et 2008. Comment décrirais-tu les apports du jeu d'Echecs pour les jeunes, et es-tu partisan de l'enseignement des Echecs sur temps scolaire?

R: J’ai décidé, en concertation avec l’équipe pédagogique de l’école Berlioz, d’intégrer l’enseignement du jeu d’échecs au projet d’école. Etant convaincu des vertus pédagogiques de ce jeu, j’ai demandé  que les élèves reçoivent un enseignement hebdomadaire d’une heure durant la totalité du cycle 3. Après trois ans d’enseignement par le maître FIDE Bruno San Marco et Sylvain Andrianaho, les intervenants municipaux, l’école a terminé vice championne de France à Hyères avant de décrocher le titre l’année suivante à Villepinte en 2008. J’ai pu constater durant ces années, tous les apports bénéfiques de l’apprentissage du jeu d’échecs en milieu scolaire. Les échecs entretiennent la mémoire, améliorent la concentration des élèves tout en développant  leur pensée logique. En créant une motivation personnelle, beaucoup d’élèves ont retrouvé confiance en eux-mêmes, et ont amélioré leurs résultats scolaires.

Jacques et ses élèves champions de France scolaires 2008 à Villepinte.
Au premier plan, la mascotte de l'équipe, Sacha!

Q: Cette année, tes élèves ont de nouveau franchi toutes les étapes qualificatives pour la phase finale du championnat scolaire de la FFE, à Aulnay s/ Bois. Tu as cependant du déclarer forfait en raison de problèmes budgétaires. Comment améliorer à ton avis les circuits de financement du monde échiquéen?
 

R: C’est un réel problème ! La mairie de Nîmes nous a octroyé une subvention de 1000 euros pour nous rendre à Aulnay sous Bois, nous avions besoin du double ! La coopérative scolaire ne peut prendre en charge la différence. En étant champion régional, peut être que la région aurait pu faire un effort ! 

Q: On reproche souvent au jeu en ligne de concurrencer le jeu "sur plateau". Que penses-tu de l'articulation entre ces deux formes de pratique des Echecs?

R: Je pense que les deux sont complémentaires. Je ne connais pas personnellement de joueurs qui ont arrêté de jouer en club pour se tourner vers le jeu en ligne. Il est vrai que jouer sur internet apporte de nombreux atouts - on trouve facilement des adversaires sans se déplacer. Cela dit, je crois que le jeu en ligne concerne surtout les blitzeurs et le jeu rapide. Difficile d’imaginer une partie de 4heures en ligne.

Q: Tu as été le moteur principal des tournois en ligne sur MatPat entre élèves français et jeunes new-yorkais de l'association "Chess in the Schools". Quel bilan et quel avenir pour ce type de manifestations?

R: Il faudrait que ce genre de rencontres soit plus régulier - un tournoi tous les quinze jours serait idéal ! De plus, pour que l’Education Nationale y voie un réel intérêt, il faudrait que les élèves puissent dialoguer en anglais avec un système de visioconférence - j’ai déposé dans cette optique un projet "Ecole Numérique" à la mairie de Nîmes. L’idéal, en fin d’année scolaire, serait bien évidemment que les écoliers New-Yorkais et Nîmois se retrouvent en live pour jouer ! On retrouve encore le problème du financement !

Q: Last but not least, à quand l'Echiquier Nîmois dans le Top 16 - et le Nîmes Olympique en L1?

R: Etant donné le début de saison du Nîmes Olympique, çà ne sera pas pour cette année ! Quant à l’échiquier Nîmois, on vise le maintien pour cette année !

Jacques (pseudo: hberlioz / E-mail: cazeneuvej@aol.com) pourra utilement vous orienter si vous souhaitez contacter l'organisme américain "Chess in the Schools" en vue d'organiser des parties en ligne entre vos élèves et jeunes New-Yorkais.