Légendes des Echecs - Les deux K

Evidemment, s'il ne fallait en retenir que deux, peut-être seraient-ce les 2 K et leurs confrontations épiques des années 80.

Ceci peut-être autant pour la qualité de leur jeu que pour le spectacle  humain offert par l'affrontement de deux personnalités en apparence si opposées.

Les duels de Garry Kasparov et d'Anatoli Karpov ont marqué les esprits à grande échelle, et beaucoup fait pour l'intérêt porté aux Echecs, à tous les niveaux de jeu. Il fallait pour ce faire des Champions possédant - chacun à leur manière - de très fortes envergures. Même largement retirés des tournois, les 2 K restent d'ailleurs des personnalités publiques actives de diverses façons, du monde échiquéen à l'arène politique russe.

MatPat vous propose aujourd'hui un retour sur leurs parcours respectifs.

Garik Kimovitch Weinstein est né le 13 Avril 1963 à Bakou, alors en Union Soviétique, et actuellement capitale de l'Azerbaïdjan (Ce n'est que plusieurs années plus tard, qu'il reprit en le russifiant le nom de jeune fille de sa mère, Clara Kasparian, pour devenir Garry Kasparov). Il est issu d'un milieu "intellectuel" - ses parents et grands parents étaient ingénieurs dans les pétroles, chercheurs ou encore musiciens... Il manifesta très tôt - vers l'âge de 5 ans - du goût et du talent pour les Echecs, et - formé dans la célèbre école Botvinnik - remporta dès l'âge de 13 ans le championnat d'Azerbaïdjan et le championnat Junior d'URSS. 

Garry Kasparov à ses débuts.

Les années suivantes sont celles d'une progression constante. A 16 ans, en 1979, il remporte avec 2 points d'avance un tournoi impliquant pas moins de 14 GMI et un MI! Son niveau elo atteint alors 2545. Un an plus tard, il est Champion du Monde Junior devant le Britannique Nigel Short - et il remporte le championnat d'URSS à 18 ans. 

Des victoires dans des tournois prestigieux tel l'Interzonal de Moscou en font alors rapidement un candidat au titre mondial. Durant les phases de qualification (les fameux "matchs des candidats"), et à 21 ans, il se défait successivement de joueurs tels que Beliavski, Kortchnoï et Smylov - et gagne le droit d'affronter le titulaire du titre depuis 1975, Anatoli Karpov, pour la couronne de Champion du Monde...  

Karpov avec lequel il avait, d'une certaine manière, déjà pris rendez-vous de longue date. Dès 1979, et du haut de ses 16 ans, Kasparov décrétait ainsi que « Fischer est le meilleur joueur du monde et Karpov n'est qu'un joueur de bistrot »...    

 

Anatoli Ievguenievitch Karpov est né le 23 Mai 1951 à Ziatooust, en URSS. Lui aussi passa (à l'âge de 12 ans) par l'Ecole Botvinnik, mais ne suscita pas de manière spontanée l'unanimité quant à son talent... Botvinnik dit ainsi de lui:  "Ce garçon ne comprend rien aux échecs et il n'a aucun avenir dans cette profession"! Karpov suit néanmoins progresser, participant à quatre championnats d'URSS Juniors - sans jamais parvenir toutefois à dépasser la cinquième place... Les véritables années de révélation furent 1968 et 1969, au cours desquelles Karpov remporta successivement les titres de Champion d'Europe et de Champion du Monde Juniors. Vainqueur d'un premier tournoi International (à Caracas), et GMI en 1970, Karpov pouvait dès lors se confronter à l'Elite. Son succès au Mémorial Alekhine de 1971, à Moscou, devant des talents de l'époque tels que Smyslov, Petrossian, Spassky et Tal (tous ex-Champions du Monde) confirma son important potentiel.

A partir de 1973, Karpov commença son parcours vers les "matchs des candidats", remportant le tournoi Interzonal de Léningrad, le tournoi de Madrid, et décrochant un titre de vice-champion d'URSS  (derrière Spassky). Durant les "matchs des candidats", il se défait successivement de Polougaïevski, Spassky et Kortchnoï. Il gagne ainsi le droit d'affronter le Champion du Monde d'alors, l'Américain Bobby Fischer. Ce dernier ne s'étant pas présenté pour la défense de son Titre, Karpov devient champion du Monde en 1975 - sans toutefois avoir remporté cette couronne sur l'Echiquier... 

Malgré - ou peut-être à cause de cela, Karpov manifesta durant les dix années suivantes une forte activité, remportant  la très grande majorité des tournois à forte opposition auxquels il participa. Il conserva par ailleurs à deux reprises (en 1978 et 1981) son titre face au dissident Soviétique Viktor Kortchnoï.  La première de ces confrontations - transformée en symbole de l'affrontement entre mondes occidental et soviétique - donna d'ailleurs lieu à un duel psychologique de haute volée. Karpov fut accusé de s'être attaché les services d'un para-psychologue, que Kortchnoï prétendit contrer avec le soutien de deux yogis, ainsi que des lunettes spéciales censées renvoyer les ondes négatives...

Anatoli Karpov

Quoi qu'il en soit des talents de medium de Karpov, les 2 K sont donc face à face en 1984. Et l'on pouvait parler d'une véritable opposition de styles! Karpov était ainsi connu pour son style purement positionnel, laissant peu ou pas de place au hasard et à l'improvisation. Kasparov au contraire savait transposer à l'échiquier son tempérament naturellement sanguin et agressif - mais également imaginatif, et enclin à produire de nouvelles variantes. Cependant - alors que le match pour le titre de Champion du Monde se joue à Moscou, au meilleur de 6 parties gagnées, Karpov mène rapidement par 5 à 0. Kasparov oppose alors cependant une résistance acharnée - les nulles se succèdent,  et il parvient à remporter 3 parties. Après 5 mois de lutte, et au terme de la 48ème partie, le Président de la FIDE, Florencio Campomanès, décide d'interrompre le match, contre la volonté des joueurs, en vue de préserver leur santé! Le match reprend entre le 3 Septembre et le 9 Novembre 1985 à Moscou - et est finalement remporté par Garry Kasparov (+5 -3 =16) qui devient à 22 ans le plus jeune Champion du Monde des Echecs de l'Histoire. 

Les années suivantes furent marqués par de nouvelles confrontations entre les 2K. Mais Garry Kasparov conserva son titre - à Londres et Leningrad en 1986 (+5 =15 -4), à Séville en 1987 (+4 =16 -4), puis à New-York et Lyon en 1990 (+4 =15 -3) [Vidéo Youtube ci-contre: Kasparov conserve son titre en 1987 à Séville - la mention Expo92 était une publicité pour l'Exposition Universelle qui se tint à Séville 5 ans plus tard].

Ces confrontations devaient annoncer le début d'une longue domination de Kasparov sur les Echecs mondiaux - marquée cependant par des conflits ouverts avec les organismes de tutelle, et notamment la FIDE. Ainsi, dès 1986, estimant les intérêts des joueurs professionnels mal défendus, Kasparov crée la Professional Chess Association (PCA) - qui ira jusqu'à organiser un Championnat du Monde concurrent à celui de la FIDE. Kasparov affronta (et battit) ainsi le Britannique Nigel Short (à Londres) et l'Indien Viswanathan Anand (à New-York, au World Trade Center) en 1993 et 1995 dans le cadre de ce Championnat du Monde PCA. AU total, le schisme entre PCA et FIDE devait se prolonger jusqu'en 2006.

Garry Kasparov perdit finalement sa couronne mondiale face à l'un de ses élèves, le Russe Vladimir Kramnik, en 2000 (-2 =13). Cependant, jusqu'à sa retraite échiquéenne en 2005, l'"Ogre de Bakou" conserva la première place mondiale en termes de classement elo - atteignant notamment en 1999 un classement elo de 2851 points, jamais égalé. Hors compétitions, il s'est par ailleurs beacoup investi dans des confrontations homme-machine: vainqueur de Deep Thought (1989), Fritz 3 (1994), er  de Deep Blue (1996), il s'incline cependant face à Deeper Blue l'année suivante. Ses matchs de 2003 contre Deep Junior et X3D Fritz se soldent quant à elles par des nulles. A noter aussi que Kasparov est devenu depuis 2009 l'entraîneur de Magnus Carlsen - auquel un article sera prochainement consacré.

Karpov de son côté profita de la scission PCA/FIDE et récupéra le titre mondial FIDE en 1993 face au Néerlandais Jan Timman. Il devait le conserver jusqu'en 1999, battant notamment Boris Gelfand et Gata Kamsky en 1996. Il réalisa également une extraordinaire prestation au très relevé tournoi de Linarès en 1994 - laissant ses poursuivants Kasparov et Shirov à 2,5 points et réalisant à cette occasion une performance elo de 2977!

Par la suite, la reconversion de Karpov s'avéra assez discrète (malgré une candidature - perdue - à la Présidence de la FIDE face à Kirsan Ilioumjinov en 2010, à l'occasion de laquelle il reçut un soutien appuyé de Kasparov). Garry kasparov, quant à lui, s'engagea avec force dans l'arène politique russe - et dans des mouvements d'opposition à Vladimir Poutine. Dénonçant le climat de corruption régnant selon lui en Russie, il a été à plusieurs reprises arrêté lors de violentes manifestations - et a fondé en 2008 son propre parti: "Solidarnost". 

Kasparov lors de manifestations en 2007

Au total, les "deux K" ont donné - et donnent largement encore - l'image de grands champions, restés par ailleurs des individus "complets". Loin de présenter une image "sectaire" de joueurs se repliant exclusivement sur le jeu et ses rouages, ils sont su s'ouvrir à de nombreux domaines, suscitant sans doute par là un intérêt pour les Echecs chez de nombreux profanes. Des progrès de l'informatique à la politique ou au pétrole (auquel s'essaya Karpov), ils ont su à bien des égards manifester une vitalité qui (associée à beaucoup de travail) explique aussi leurs succès sur l'échiquier. 

La parole de la fin reste donc à Kasparov, meilleur joueur mondial de 1985 à 2005, et titulaire du plus haut classement elo jamais atteint: « J'aime trop la vie et je suis trop intelligent pour me laisser enfermer dans le jeu d'échecs. »